Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 18:06

Ramasser les plantes medicinales
 (Le Scouézec)


Pline nous indique la manière convenable de cueillir la plante, faute de quoi, semble-t-il, celle-ci serait inefficace. De ces textes de Pline et de l'ouvrage de Marcellus, on peut tirer quelques principes qui semblent avoir dirigé les gestes rituels des Gaulois en cette matière : 
             - La cueillette des plantes médicinales se fait de la main gauche. Pansier considère ce côté comme "sacré pour les druides". Chose curieuse, il paraît surtout avoir été néfaste.
             - L'opération doit assez souvent être faite par un jeune garçon ou une vierge. Cette pratique se continuera d'ailleurs au Moyen Age où de nombreuses opérations de magie et de divination ne pourront être faites que dans ces conditions.
             - Mes textes de Pline insistent sur la nécessité d'arracher la plante et de l'emporter comme un voleur.
             - De même, l'auteur de [i]l'Histoire Naturelle[/i] note, dans plusieurs cas, l'interdiction de toucher l'herbe médicinale avec le fer.
             - Enfin, l'influence de la lune est très fréquemment prise en considération, notamment par Marcellius.


Pansier a découvert une très curieuse prière dans un manuscrit du XIIe siècle, conservé à la faculté de médecine de Montpellier et dont il a publié [i]in extenso[/i] le texte latin et la traduction française. Elle se compose de deux parties, la première placée sous le titre : [i]Incipit precacio terre quam antiqui pagani osbervabant volentes coligere herbas[/i] : "Ici commence la prière à la Terre que les anciens païens prononçaient rituellement lorsqu'ils voulaient ramasser des herbes" ; la seconde sous les mots : [i]Precacio omnium harbarum[/i]
: "Prière à toutes les herbes".

Il s'agit d'invocations à la Terre Mère et aux simples qu'elle produit, pour qu'ils soient propices et efficaces. Le dévot commence par demander la permission de la grande déesse, puis il cherche à se concilier les faveurs des plantes en les assurant d'abord que la "sainte divinité, mère de la nature" a donné son consentement : "Celle qui vous a créées avec vos propriétés salutaires veut bien que je vous cueille : faites autant que vos vertus naturelles le permettent, que celui qui vous recevra de ma main recouvre la santé." On peut se demander s'il ne faut pas voir là une explication à certains gestes signalés par les anciens. Si, par exemple, il faut cueillir les herbes médicinales comme un voleur, n'est-ce-pas pour n'être pas vu de la Terre, dont on dérobe le bien, et échapper de ce fait à son courroux ? S'il ne faut pas utiliser le fer, c'est par révérence pour les divinités que sont les plantes, auxquelles le métal vulgaire ne saurait être appliqué sans irrespect. Peut-être même l'emploi de la main gauche appartient-il lui aussi à cet ordre de faits : on ne saurait pour une opération sacrée procéder comme pour un geste banal et ce qui est faste dans la vie courante serait ici sacrilège.

____________________________________________________________________________________



Cueillette et conservation des plantes




CUEILLETTE


Choisir le mois de la cueillette permet de s'adapter au rythme naturel de la vie végétale. Mais on peut être vite perdu, dans la mesure où ce moment " optimal " varie selon les espèces de plantes, et également selon la partie de la plante à récolter. Ce calendrier est donné à titre indicatif, à chaque personne souhaitant l'utiliser de l'interpréter et de s'adapter au rythme de la nature.

On peut cueillir les feuilles de certaines plantes toute l'année (par exemple le Romarin, le Persil ou le Buis). D'autres plantes ont une floraison très éphémère et lorsqu'on utilise ces fleurs, il faut donc les récolter rapidement (le muguet, le pêcher, etc.).

Il ne faut pas oublier non plus que la Nature a son propre rythme et que ce rythme n'a pas la rigueur d'une horloge, différents facteurs peuvent intervenir pour modifier le calendrier de la cueillette. On a ainsi par exemple des années où le temps clément entraîne une précocité de la végétation par rapport aux critères habituels.


Les indications qui suivent peuvent s'appliquer en règle générale.

Le bois : peut se ceuillir tout l'hiver.

Les racines, les tubercules, les rhizomes, les bulbes se récoltent soit en automne, c'est-à-dire après que la plante y a accumulé ses réserves (c'est surtout le cas des bulbes et des oignons), soit au printemps, avant que ces réserves ne soient mobilisées.

Les tiges sont cueillies en automne, quand les feuilles ne sont plus en période d'activité (Angélique, Douce-amère).

Les feuilles se récoltent au moment de leur plein développement, mais avant la formation des boutons floraux, qui diminueraient la teneur en principes actifs (Cassis, Menthe, Ortie, Pissenlit).

Les fleurs gagnent à être ramassées avant le plein épanouissement et avant la fécondation (Aubépine, Bleuet, Camomille).

Les sommités fleuries se cueillent au début de l'épanouissement des fleurs et, en tout cas, avant la formation des premiers fruits (Absinthe, Hysope, Ballote).

Les bourgeons sont à récolter à la fin de l'hiver ou au début du printemps, avant que la sève n'amorce sa montée dans les branches de l'arbre.

Les fruits charnus doivent être cueillis dès qu'ils sont mûrs, mais sans attendre la maturité complète (Airelle, Alkékenge, Ronce, Nerprun).

Les semences , au contraire, doivent être récoltées à complète maturité, lorsque la plante commence à se dessécher un peu (Anis, Carvi, Fenouil, Grémil).


JANVIER : Noix de Cyprès, Guy, Pulmonaire du Chêne.


FEVRIER
: Bourgeons du Sapin et du Bouleau ; écorce du Bouleau et du Saule ; Mercuriale annuelle ; Joubarbe, fleurs de Thssilage et de Violette.


MARS
: Bourgeons du Peuplier, écorce de Chêne, racine d'Asaret, feuilles de Pissenlit et de Pervenche, fleurs de pervenche, rameaux de Douce-amère.


AVRIL
: Racines de Vélériane, feuilles de Primevère et de Busserole ; fleurs de Primevère, de Narcisse et de Pêcher ; Fumeterre, Lierre terrestre, Ortie blanche.


MAI
: Racines de Benoîte et de Bistorte ; turions d'Asperges ; feuilles et fleurs de Lierre terrestre, Pensée sauvage, Pulmonaire officinale et Géranium fherbe à Robert ; sommités fleuries d'Absinthe, de Marrube, de Cochléaria et de Cresson ; feuilles de Véronique beccabunga, de Berbéris, de Chanvre, de Mélisse et de Pariétaire ; fleurs d'Aubépine, de Bourrachen, de Grenadier, de Muguet, de Pied-de-Chat ; écorce de Bourdaine.


JUIN

Feuilles ou fleurs : Ache, Angélique, Armoise, Arnica, Aspérule, Aurone, Bardane, Bétoine, Bourrache, Bugle, Buglosse, Camomille, Capillaire, Cardamine, Chardon bénit, Chicorée, Coquelicot, Eglantier, Erysimum, Euphraise, Fenouil, Genêt, Germandrée, Guimauve, Laitue, Lavande, Lis, Matricaire, Mauve, Mélilot, Nénuphar, Oranger, Plantain, Rose, Sauge, Souci, Sureau, Véronique, Verveine officinale, Verveine.

Fruits : Cerises, Fraises, Framboises, Groseilles.


JUILLET

Feuilles et sommités fleuries : Agripaume, Aigremoine, Basilic, Calament, Cataire, petite Centaurée, Chélidoine, Cuscute, Hysope, Marjolaine, Mélisse, Menthe, Millefeuille, Millepertuis, Origan, Orpin, Persicaire, Sanicle, Sarriette, Sauge, Scrofulaire, Serpolet, Tanaisie, Thym, Tilleul, Ulmaire, Yèble ; stigmates de Maïs.

Fleurs : Bouillon-blanc, Bleuet, Bourrache, Camomille, Carthame, grande Centaurée, Chèvrefeuille, Coquelicot, Guimauve, Mauve, Œillet, Pavot, Verge d'or.

Graine : Avoine, Froment, Lupin, Orge, Persil, Psyllium.


AOUT

On continue la cueillette de beaucoup de plantes indiquées en juillet.

Feuilles : Dictame, Eupatoire, Menthe, Ményanthe, Pêcher.

Fleurs : Bourrache, Tanaisie.

Fruits et semences : Ache, Alkékenge, Angélique, Anis vert, Carvi, Cumin, Fenouil ; cônes de Houblon.


SEPTEMBRE

Tiges : Angélique, Douce-amère.

Racines : Acore aromatique, Angélique, Asperge, Canne de provence, Chicorée, Chiendent, Fenouil, Fougère mâle, Fragon, Guimauve, Iris, Saponaire, Tormentille, Valériane, toutes les racines des ombellifères.

Fruits : Airelle, Berbéris, Coings, Coriandre, Eglantier, Figues, Grenades, Jujubes, Nerprun, Noix, Pistaches, Raisins, Sureau ; stigmates de Safran.


OCTOBRE

Racines : Aunée, Bardane, Bryonne, Consoude, Fraisier, Garance, Rhubarbe, Saponaire.

Fruits : Alkékenge, Amandier, Aneth, Angélique, Bardane, Genévrier, Lin, Tanaisie.


NOVEMBRE
: Bulbes de Lis, écorces de Bourdaine, Frêne, Chêne ; racines de Fragon, Patience, Potentille.


DECEMBRE
: racines de Bistorte, feuilles de Ronce.

 

RECOLTE ET CONSERVATION


Quelques règles permettent de s'assurer que les plantes se conservent bien et que leurs principes actifs demeurent efficaces.


Moment de la cueillette :

Préférer faire la récolte pendant un temps sec et chaud : les plantes mouillées par la pluie ou la rosée s'altèrent, moisissent, fermentent et perdent ainsi toute valeur thérapeutique. Le matin est le moment le plus favorable, mais il est également possible de procéder à la cueillette le soir, avant que la fraîcheur ne tombe.


La cueillette :
Les plantes destinées à être séchées ne doivent pas être lavées, il vaut donc mieux éviter de cueillir des plantes poussiéreuses, ou proches de cultures et qui auraient ainsi pu être souillées par des engrais chimiques. Choisir uniquement des plantes saines, éliminer les plantes flétries, tachées, décolorées, mangées par les insectes ou poussant à proximité des champignons.

Tout en effectuant la cueillette, on peut éliminer les débris divers (mousses, feuilles, brindilles…) pour ne conserver que la plante qui intéresse. Bien vérifier que d'autres plantes ne sont pas mélangées à celles qu'on veut cueillir (la présence d'une plante dangereuse peut avoir des conséquences graves).

En règle générale il ne vaut d'ailleurs mieux pas mélanger les plantes de différentes espèces pendant le cueillette.

Pendant tout le temps que dure la cueillette, s'assurer qu'on n'écrase pas ni ne comprime les plantes, sinon elles risquent de se faner ou de subir un début de fermentation. Un grand pannier de vannerie légère est particulièrement approprié.

Les racines sont les seules parties de la plante qui doivent être lavées : les passer à l'eau claire courante très méticuleusement afin d'élliminer toute trace de terre.


Le séchage des plantes

En dehors des plantes qui s'utilisent fraîches, il est nécessaire de faire sécher très soigneusement celles qu'on désire conserver.

Il est très important que ce séchage se fasse rapidement, afin d'éviter l'altération des plantes, leur fermentation et la perte de leurs principes actifs. Si possible, les plantes seront mises à sécher sur des claies de façon que l'air circule librement. On peut encore les suspendre en guirlandes, à l'aide d'un fil, mais le travail de préparation est assez long. L'idéal serait de faire sécher les plantes à l'ombre par temps chaud, dans un endroit vaste et bien ventilé : genier, grange, hangar. Dans les régions pluvieuses, on peut commencer le séchage à four très doux, puis laisser les plantes achever leur dessiccation complète sur des claies dans un grenier sec et bien aéré. De même, les organes charnus d'une plante seront, de préférence, séchés par ce procédé : bien vérifier que la température du four ne dépasse pas 20 à 40°C, afin de ne pas les altérer ou même les cuire.

L'opération du séchage a pour but d'enlever aux plantes l'eau qu'elles renferment : il est évident que le mode de dessiccation sera variable selon les parties de la plante à conserver, l'eau n'étant pas répartie de la même façon, ni dans les mêmes proportions, dans les divers organes de la plante.

Les racines et les rhizomes : débarrassés de leurs parties abîmées, lavés avec soin, il faut ensuite les éponger, puis les couper en tranches, en lanières, ou les fendre suivant leurs dimensions. On les met enfin à sécher au soleil ou au four.

Les tiges, les écorces et le bois : elles sèchent au soleil, à l'air libre et sec, ou encore au four doux.

Les feuilles et les plantes entières sont disposées sur des claies, à l'ombre, dans un endroit chaud et très bien ventilé. Les feuilles doivent être mondées : cette opération peut s'effectuer avant ou après le séchage.

Les fleurs et les sommités fleuries sont assez difficiles à traiter (il en est de même de certaines feuilles : Verveine ou Menthe, par exemple). Il est important de conserver leur couleur, ce qui est assez délicat. Le mieux est de les déposer à l'ombre sur des claies, à 20-25°C, et en prenant la précaution de les recouvrir de papier gris, afin de préserver leur couleur.

Les fruits charnus (Airelles, baies de Genévrier) sont séchés au soleil ou au four doux.

Les semences. Bien les étaler sur une feuille de papier et les faire sécher à l'air libre en remuant souvent.


Garder les plantes séchées

Les plantes séchées, lorsqu'il ne reste plus aucune trace d'humidité, se rangent soigneusement et séparément dans des récipients portant le nom de la plante et la date. Il faut choisir des boites et des bocaux propres, n'ayant pas contenu précédemment un produit dont ils auraient gardé l'odeur, et fermant hermétiquement.

Les plantes achetées en vrac chez l'herboriste, ou dont le conditionnement est un simple carton, doivent être rangées de la même façon dans des récipients hermétiques.


(Source : Dr Gérard Debuigne, Dictionnaire des plantes qui guérissent, Références Larousse, 1972. )


Adapatation par Sylva

Partager cet article

Repost 0
Published by Mirelune - dans Plantes et recettes
commenter cet article

commentaires

voyance gratuite par mail 04/04/2016 13:02

C'est avec plaisir que je regarde votre site ; il est formidable. Vraiment très agréable à lire vos jolis partages .Continuez ainsi et encore merci.

pam 29/07/2013 08:11


bonjour !


je découvre votre site, et cet article me plait au point de souhaiter en tranférer une partie sur mon blog, en spécifiant l'origine et en vous référençant bien sur, dites-moi si cela vous ennuie,
passez une belle journée, amicalement, Pam.

paco 24/06/2009 22:57

pour le moment j'étudie sur les livres et sur le net tout en mettant de l'argent de côter parce que l'école est chére.

paco 24/06/2009 22:47

je commence à me familliariser avec les plantes et c'est vraiment super. Mon but est d'être naturopathe.

Présentation

  • : Eclat de Lune
  • Eclat de Lune
  • : Pages consacrées à l'ésotérisme en général... Petit lieu de réunion... partage d un clan, d une famille... connaissance, recherche, partage, sont les buts de ces pages...
  • Contact

Profil

  • Mirelune
  • Mirelune, à la recherche éternelle de la Connaissance...
  • Mirelune, à la recherche éternelle de la Connaissance...

Recherche